🟢 Les règles du jeu auxquels nous jouons tous

Il ne vous viendrait pas Ă  l’esprit de jouer Ă  un jeu sans en connaĂ®tre les règles, n’est-ce pas ? Tout jeu possède son set de règles implicites et explicites, qu’il faut suivre si l’on veut arriver Ă  un rĂ©sultat. Ne pas les suivre mènerait Ă  un Ă©chec : soit on a fait n’importe quoi (ne jouer que ses pions aux Ă©checs), soit on se fait mettre en marge le plus naturellement du monde (quand on triche). Chaque jeu (au sens large du terme, pas seulement les divertissements) a donc ses codes, ses règles, ses lois, ses principes.

Et pourtant, qui s’intĂ©resse aux règles qui rĂ©gissent ce grand jeu que l’on pourrait appeler la vie ? Le seul auquel nous jouons tous.

IMG_20190102_162511
Il fait moins 30 degrĂ©s et on vous propose de vous baigner dans une rivière gelĂ©e en sortant d’un sauna. Une expĂ©rience terrifiante et magnifique. Selon quels principes devriez-vous accepter de le faire ? RĂ©ponse en fin d’article.

Pas tant de gens que ça. En fait, mĂŞme dans le milieu du dĂ©veloppement personnel (pour en avoir lu de nombreux livres), le sujet n’est souvent qu’effleurĂ© ou abordĂ© de biais (« ĂŞtre bon avec les gens amène les gens ayant un bon fond Ă  ĂŞtre bons avec vous« , ok mais pourquoi au juste ?).

Il n’existe pas de manuel, de guide, pour affronter la vie. Le sujet est trop vaste et trop complexe. Et il n’existe pas de mĂ©thode universelle, qui conviendrait Ă  tous. Alors deux approches se prĂ©sentent : prendre du recul et partir dans le très gĂ©nĂ©ral, ou bien s’approcher et aborder un compartiment spĂ©cifique.

1ère approche : prendre du recul et Ă©tablir des principes gĂ©nĂ©raux – Ray DALIO

Si vous avez dĂ©jĂ  entendu parler de Ray Dalio, je vous fĂ©licite. Comme moi, vous avez certainement entendu bien trop de louanges au sujet de ses « Principles » pour ne pas aller les lire vous-mĂŞmes immĂ©diatement, et comme moi vous aurez constatĂ© en les lisant que cela se justifie dès les premières pages (il paraĂ®t que cela vaut aussi pour son ami Charlie Munger – sauf que contrairement Ă  Dalio, ses rĂ©flexions sur le sujet coĂ»tent un bras).

Ray Dalio exprime ainsi la chose : tout dans cet univers est rĂ©gi par des règles, par un ordre. Comme on dit « chassez le naturel et il revient au galop » – je place une citation de bon sens ici, tout simplement parce que ces expressions sont gĂ©nĂ©ralement des indices sur ces règles naturelles des choses.

« Je crois qu’il existe un nombre infini de lois de l’univers, et que chaque projet ou rĂŞve qui se rĂ©alise a pu aboutir car il Ă©tait articulĂ© en harmonie avec ces lois. »

Ce principe est au cĹ“ur du taoĂŻsme traditionnel : le wuwei (traduit en français par « non-agir ») qui dĂ©signe, de manière similaire, une rĂ©alitĂ© propre Ă  la nature et Ă  l’univers, avec laquelle il faut vivre en harmonie (ne pas agir contre elle, d’oĂą le concept de non-agir). De Lao Tseu Ă  Ray Dalio, nous voyons donc que nous avons parcouru un chemin consĂ©quent. Leur discours est similaire.

Mais lĂ  oĂą le taoĂŻsme se contente globalement de nous dire qu’il faut agir en harmonie avec les « règles de la vie », Ray Dalio dans ses « Principles » veut nous apprendre Ă  bien jouer au jeu de la vie. Il pose ainsi le concept de « principes ».

« Les principes sont des concepts pouvant ĂŞtre appliquĂ©s infiniment dans des circonstances similaires. Chaque jeu a ses principes, que les bons joueurs parviennent Ă  maĂ®triser pour gagner. La vie Ă©galement (a ses principes). »

Je vous ajoute sa mise en garde, nécessaire avant la suite de cet article :

« Ă  l’approche de chaque principe (de ce document), s’il-vous-plaĂ®t, posez vous la question << est-ce bien vrai ? >>. »

Un principe est donc un concept respectant les rĂ©alitĂ©s qui rĂ©gissent notre monde et qui a pour objectif de connecter vos valeurs personnelles Ă  vos actions. Par exemple, si vous dĂ©veloppez pour principe de toujours sourire aux inconnus avec qui vous interagissez, cela connecte vos valeurs de bienveillance Ă  vos actions. C’est un concept dĂ©coulant de la bienveillance qui guide vos actions et votre pensĂ©e.
Je vous encourage Ă  adopter ce principe.

Ces principes gĂ©nĂ©raux se retrouvent dans votre propre expĂ©rience (attention ! plus exactement, ils proviennent d’une rĂ©flexion menĂ©e sur votre propre expĂ©rience) ainsi que dans l’expĂ©rience d’autrui, parfois sous la forme d’expressions. Des idiomes cĂ©lèbres tels que « il faut battre le fer quand il est chaud« , « tant va la cruche Ă  l’eau qu’Ă  la fin elle se brise » et autres banalitĂ©s sont en fait des ultra-condensĂ©s de sagesse millĂ©naire. On tend Ă  s’en amuser de par leur aspect Ă©culĂ©, et pourtant elles sont le fruit de la sagesse de nos aĂŻeux, et c’est parce qu’elles sont vraies qu’elles nous sont parvenues aujourd’hui.

La suite du livre de Ray Dalio expose les principes qui lui ont permis d’ĂŞtre un investisseur très reconnu (et riche), le plus important Ă©tant sa mĂ©thode en 5 Ă©tapes pour obtenir ce que l’on souhaite de la vie (prĂ©cisant toutefois que l’on ne peut pas tout avoir – nous renvoyant Ă  nouveau aux règles fondamentales de l’univers).

Cette mĂ©thode n’est pas l’objet de cet article mais la voici tout de mĂŞme :
1) Se fixer un objectif clair – moyennant rĂ©flexion mĂ©ticuleuse, visualisation, esprit de synthèse, sens des prioritĂ©s, vous dĂ©cidez ce que vous voulez et comment y parvenir.
2) Identifier et ne pas tolĂ©rer les problèmes – moyennant une honnĂŞtetĂ© intellectuelle envers soi-mĂŞme mais aussi des avis extĂ©rieurs objectifs, identifier les obstacles sur la route.
3) Diagnostiquer la source des problèmes – ne pas se contenter de contourner l’obstacle ou de le mettre de cĂ´tĂ© mais bien comprendre ses tenants et aboutissants.
4) Etablir un plan pour Ă©liminer les problèmes – avec trois mots clĂ©s : visualisation, praticitĂ© et crĂ©ativitĂ©.
5) Suivre le plan – ce qui nĂ©cessite de la discipline.

2ème approche : Ă©tudier les domaines critiques de la vie – Tony BUZAN

Tony Buzan n’a pas Ă©tudiĂ© diffĂ©rents domaines critiques de la vie pour en Ă©tablir les règles. Il en a choisi un, et il est devenu une rĂ©fĂ©rence. C’est un vieux bouquin de 180 pages qu’il a Ă©crit il y a 20 ans qui a fait naĂ®tre chez moi une passion. Un indice : ma moyenne scolaire a fait un bon de 3,5 points juste après avoir lu (et mis en pratique) son bouquin.

Tony Buzan est un psychologue britannique spĂ©cialiste de la mĂ©moire et de l’apprentissage. Sans ĂŞtre neuroscientifique lui-mĂŞme, il cĂ´toie de très près ce domaine pour maĂ®triser au mieux les règles rĂ©gissant le cerveau humain lorsqu’il apprend et mĂ©morise. Ce sont des compĂ©tences importantes, vous ne le nierez pas. ĂŠtre capable de mĂ©moriser des centaines d’Ă©lĂ©ments dans l’ordre ou le dĂ©sordre en quelques minutes, c’est possible Ă  condition de connaĂ®tre le « mode d’emploi du cerveau ». Apprendre une nouvelle langue et la parler suffisamment pour ĂŞtre autonome en un an, c’est possible Ă  condition de savoir comment le cerveau gère cela.

Ainsi je recommande le livre « Une TĂŞte Bien Faite » Ă  tout le monde. Si vous ĂŞtes encore aux Ă©tudes, cela vous permettra de viser (beaucoup) plus haut. Si vous n’y ĂŞtes plus, mauvaise rĂ©ponse, on apprend toute sa vie (sinon le cerveau va progressivement se mettre Ă  tourner en mode automatique 24h/24 – la conscience ne sert biologiquement qu’Ă  gĂ©rer les situations nouvelles, inhabituelles, les prises d’informations, lĂ  oĂą les habitudes et l’inconscient ne savent pas quoi faire → voir Cerveau & Psycho de fĂ©vrier 2019).

Accessoirement ce bouquin met en relief la triste incompétence du système éducatif en place dans le monde et sa grosse faille : le par-coeur. Apprenez comment mémoriser un cours entier sans le comprendre et à vous les mentions sans effort (testé et approuvé).

Buzan pose donc, Ă  travers ses bouquins, des rĂ©alitĂ©s plus ou moins connues sur le cerveau humain et son fonctionnement. Il n’est pas le seul, mais il a le mĂ©rite d’ĂŞtre très pratico-pratique, et de fournir tout un panel d’outil Ă  la fois pour illustrer le propos des neuroscientifiques.

La mĂ©moire fonctionne par association : voici une loi universelle, une rĂ©alitĂ© de tous les cerveaux humains. Les services marketing misent beaucoup sur l’idĂ©e de vous faire associer quelque chose de commun Ă  leur marque. Un Kleenex ? Du Tippex ? Du Scotch ? En fait, beaucoup savent que la mĂ©moire fonctionne par association, mais c’est tout. Ils ne voient pas comment cela se concrĂ©tise. La mnĂ©monique n’est enseignĂ©e que dans des bouquins. Pourquoi ? Car ça n’est plus indispensable, Ă  l’Ă©poque de l’informatique. L’imprimerie avait dĂ©jĂ  fortement rĂ©duit cette nĂ©cessitĂ©. Avant tout cela dans l’AntiquitĂ©, c’Ă©tait un art principal Ă  Rome ou en Grèce. Les acteurs de théâtres avaient plutĂ´t intĂ©rĂŞt Ă  ĂŞtre bons mnĂ©monistes pour mĂ©moriser des pièces entières Ă  travers les Ă©poques, sans script.

Comment fonctionne la mnĂ©monique ? Un exemple tirĂ© des travaux de Buzan : vous voulez retenir une liste d’un certain nombre d’Ă©lĂ©ments. Dans un premier temps, on associe chaque chiffre Ă  une forme ou une rime par exemple : le chiffre 1 avec une Ă©pĂ©e ou avec le mot bain. Au chiffre correspondra, dans votre liste d’Ă©lĂ©ments Ă  retenir (une liste de course par hasard) un paquet de lessive. Comment mĂ©moriser efficacement que le premier Ă©lĂ©ment de votre liste de course est un paquet de lessive ? L’imagination. Ca paraĂ®t enfantin, ce qui est scandaleux au fond car les enfants sont très largement les meilleurs pour ce qui est d’apprendre et mĂ©moriser (ils suivent naturellement les règles de leur cerveau !). Alors on imagine une scène, une scène mĂ©morable. Tous les sens peuvent fonctionner. Vous imaginez une Ă©pĂ©e qui tranche des paquets de lessive, causant des explosions de poudre blanche Ă  chaque impact. En plus de visualiser, vous imaginez le son des explosions des barils de lessive.

Plus c’est bizarre et plus vous vous en souviendrez. Pourquoi ? Parce que l’inhabituel est associĂ© Ă  la fois au comique et Ă  la peur dans votre cerveau. Le comique ne se diffĂ©rencie de la peur que par l’absence de danger. La peur nait d’une situation hors de contrĂ´le, irrationnelle et donc potentiellement dangereuse. Imaginez un type saoul dans une pièce qui se cogne contre tous les murs : c’est marrant (un peu). Enlevez le mur qui vous sĂ©pare de lui, rajoutez-lui une arme : c’est effrayant.

Et la peur, proche parente du comique, est une amie proche de la mémoire : notre cerveau est conçu de façon à mémoriser de façon immédiate et très claire les potentiels dangers. Vous avez sûrement un souvenir très vif de chaque fois que vous avez connu une situation très dangereuse.

La mĂ©thode exposĂ©e ci-dessus est assez basique, des mĂ©thodes beaucoup plus dĂ©veloppĂ©es existent – certaines permettant de mĂ©moriser un jeu de 52 cartes en une minute ou de mĂ©moriser des dizaines de milliers de choses. Toutes ces mĂ©thodes ont cela de commun qu’elles respectent les « règles » du cerveau humain : il apprend par association.

En conclusion

J’espère vous avoir convaincu par cet article de l’existence de « lois universelles« . Difficile de caractĂ©riser ce phĂ©nomène pourtant connu depuis l’aube de l’humanitĂ©, que des philosophies rationnelles comme le stoĂŻcisme et le taoĂŻsme nous encouragent Ă  reconnaĂ®tre pour vivre harmonieusement.

Alors pourquoi serait-ce une bonne idĂ©e d’accepter de se baigner dans une rivière gelĂ©e par un froid polaire ? Parce que ce qui ne te tue pas te rend plus fort, parce que toute expĂ©rience est bonne Ă  prendre ? Pour cultiver l’idĂ©e que la peur ne doit pas ĂŞtre un frein et que quand on veut on peut ? C’est effectivement cette dernière maxime que nous retiendrons. Repousser ses limites et sa zone de confort, voilĂ  une façon d’amĂ©liorer sa qualitĂ© de vie de manière gĂ©nĂ©rale.

« Il y a des gens qui disent qu’ils peuvent ; d’autres qu’ils ne peuvent pas. En gĂ©nĂ©ral, ils ont tous raison. » – Henry Ford

Et ça fait une super anecdote à raconter en famille.

En bonus, je vous prĂ©sente mes propres principes de vie. Ils ne sont pas lĂ  pour ĂŞtre copiĂ©s bĂŞtement, rappelez-vous Ray Dalio : questionnez-vous en les lisant. Dans mon document, ils sont rĂ©pertoriĂ©s par les lieux oĂą j’estime avoir appris ces principes. Ils sont ici listĂ©s sans ordre spĂ©cifique, dĂ©libĂ©rĂ©ment.

« Audace & Discipline », les principes de l’Empereur de rien du tout

« En cas de nouveau quotidien (dĂ©mĂ©nagement) : 1 mois pour s’adapter, 1 mois pour en tirer le maximum »
Ce n’est ni le plus clair ni mon prĂ©fĂ©rĂ©, notamment car il s’agit d’une extrapolation d’une rĂ©alitĂ© propre Ă  la motivation et Ă  la discipline : ce qui est en mouvement reste en mouvement, et inversement ce qui est inerte tend Ă  le rester. Cela signifie donc qu’un changement dans la vie doit ĂŞtre accompagnĂ© par une proactivitĂ© globale pour tirer le meilleur de ses journĂ©es.

« Toujours donner davantage qu’espĂ©rĂ©, toujours dĂ©passer les attentes »
La quasi-totalitĂ© des gens font ce qu’on attend d’eux, ou moins. En faire juste un peu plus (« 110% ») permet Ă  la fois de garantir la satisfaction et la bienveillance, mais en plus cela amène Ă  ĂŞtre proactif en toutes circonstances. Ce principe m’a Ă©tĂ© inspirĂ© par la rĂ©action très positive d’un hĂ©bergeur AirBNB chez qui j’avais simplement fait un brin de mĂ©nage.

« Mieux vaut faire un tout petit peu que pas du tout »
C’est Ă©galement une rĂ©alitĂ© propre Ă  la motivation et la discipline. Si j’ai un bouquin Ă  finir et aucune envie de le lire la plupart du temps, je m’efforcerai tout de mĂŞme de lire quelques pages chaque jour. Mieux vaut lire une page par jour que dix pages tous les mois. Cela est vrai pour toute entreprise, car… il faut battre le fer quand il est chaud, voyez.

« Un manque de sommeil doit mener Ă  une vigilance particulière »
Les effets du manque de sommeil sont dévastateurs, destructeurs et très très largement sous-estimés par la santé publique. Le sommeil permet au cerveau de fonctionner normalement. Une seule heure de sommeil en moins réduit déjà sa performance de moitié. Quand on sait que la plupart de la population vit en manquant de sommeil au quotidien, on devine en partie la source de nombreux problèmes de santé, de société, économique, etc. Le stress en est un autre facteur majeur, et le manque de sommeil induit du stress.

« Rien n’est positif ou nĂ©gatif. Tout dĂ©pend de la rĂ©action que l’on adopte face aux Ă©vènements »
Lorsque ma première copine m’a quittĂ© Ă  l’âge de 18 ans, j’en ai fait un sacrĂ© drame. Je me suis alors mis en mission de la rĂ©cupĂ©rer. Je n’avais jamais Ă©tĂ© aussi dĂ©terminĂ© de ma vie, j’ai lu toutes sortes de choses pour m’aider Ă  la rĂ©cupĂ©rer : blogs de sĂ©duction, livres de dĂ©veloppement personnel. J’ai perdu 10 kg, j’ai repris mes Ă©tudes. Je ne l’ai pas rĂ©cupĂ©rĂ©e, mais avec le recul, sa dĂ©cision de me quitter, je la vois dĂ©sormais comme l’une des meilleures choses qui me soit arrivĂ©e. Nous sommes aujourd’hui bons amis.

GoLikeHell
Alors que j’en avais l’opportunitĂ©, je n’ai pas traduit un roman qui sera adaptĂ© en blockbuster hollywoodien. Une grosse opportunitĂ© manquĂ©e. Des regrets ? Non, ça n’est pas quelque chose de nĂ©gatif, c’est une leçon sur l’opportunisme et l’importance du travail.

« ImpĂ©rativement garder un corps en forme. Sport, mĂ©ditation et alimentation »
Je ne pense pas avoir besoin d’argumenter lĂ -dessus. MĂ©diter devrait ĂŞtre une habitude prise dès l’enfance. Les bĂ©nĂ©fices sur la santĂ© et le moral sont immenses.

« Se concentrer sur les 5 prochaines minutes, ne pas nĂ©gliger le prĂ©sent »
Le futur et le passĂ© n’existe pas dans la rĂ©alitĂ© concrète des choses. Ainsi seul le prĂ©sent dĂ©finit ce qui sera. Se projeter loin dans le futur est donc totalement inutile si l’on ne prend pas les choses en main maintenant.

« L’anxiĂ©tĂ© liĂ©e Ă  un Ă©vĂ©nement Ă  venir est insignifiante : on parvient toujours Ă  se dĂ©brouiller, trouver une solution, une fois qu’on y est »
C’est peut-ĂŞtre un peu spĂ©cifique, mais je tends Ă  stresser pour un Ă©vĂ©nement Ă  venir alors qu’il est sur et certain que tout se passera bien. Un jour, avant un entretien pour un stage volontaire, donc sans le moindre enjeu, j’ai senti mon pouls accĂ©lĂ©rer. Cela m’a paru ĂŞtre un rĂ©flexe idiot et ça l’Ă©tait : l’entretien s’est très bien passĂ©.

« Sourire, avoir un mot gentil, une plaisanterie pour tous »
Soyez plus agréable que les autres, même avec ceux qui ne le méritent pas à vos yeux. Le principe de karma est complètement basé sur les principes de réciprocité et de bienveillance induits par un comportement aimable et un sourire. Vous vous facilitez grandement la vie, au passage.

« Faire preuve de rigueur intellectuelle, toujours chercher le fond d’un problème et agir mĂ©thodiquement, ne jamais verser dans la facilitĂ© ou l’assistanat »
On peut souvent trouver une solution soi-mĂŞme, trouver la rĂ©ponse Ă  sa question soi-mĂŞme. Il est bon d’ĂŞtre capable de subvenir Ă  ses propres besoins en information pour agir intelligemment.

« On peut me (vous) faire confiance. Toujours y croire »
99 refus ne signifient pas que la 100ème tentative ne sera pas un grand oui et une super opportunitĂ©. InspirĂ© par ceux qui m’ont fait confiance en situation professionnelle, et que je pense ne pas avoir déçu.

Sans me prendre pour un Youtubeur, toi qui viens de lire cet article, si tu as des principes de vie, des règles simples mais vraies, écris-les en commentaire.


2 réflexions sur “🟢 Les règles du jeu auxquels nous jouons tous

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s