🟢 Dans l’esprit des self-made millionnaires

Il y a quelques annĂ©es de cela, j’ai eu le privilège d’ĂŞtre invitĂ© par mon mentor, magnat de l’immobilier dans un comtĂ© ensoleillĂ© de l’Ă©tat de Floride aux États-Unis, Ă  intĂ©grer son quotidien de chef d’entreprise et de chef de famille pendant un mois. Après quoi il m’a remis aux bons soins d’un ami entrepreneur qui en l’espace de quelques annĂ©es a dĂ©veloppĂ© une fabrique de sorbets artisanaux en constante croissance pour une expĂ©rience similaire. Après deux mois passĂ©s au contact de ces self-made-men et de leurs amis, de ces gens qui ont connu le succès pour l’avoir bâti de leurs mains avec le temps, j’ai pu observer certaines similaritĂ©s. Certains points communs entre eux.

WP_20150219_18_23_04_Pro
Daytona International Raceway

Qu’est-ce qui ferait d’une personne considĂ©rĂ©e comme connaissant le succès, une personne diffĂ©rente d’un individu lambda ? Beaucoup de gens sur notre planète pensent que ces gens font partie d’une catĂ©gorie unique, inclassable. Qu’ils vivent dans une autre sphère, un autre monde, qu’ils ont des super pouvoirs peut-ĂŞtre.
Ce n’est pas ce que j’ai observĂ©. Les principales diffĂ©rences entre ces individus et moi, Ă  cette Ă©poque, je l’ai consciencieusement rĂ©flĂ©chi et reformulĂ© sous la forme d’un règlement. Mis en pratiques dès lors, plus ou moins sporadiquement (personne n’est parfait, laissons le temps au temps !), j’ai pu observer les bĂ©nĂ©fices sur ma vie personnelle et surtout sur mon Ă©tat d’esprit. Les consĂ©quences sur mes Ă©tudes et mes projets Ă©tant Ă©galement visibles (on pourrait considĂ©rer que ce blog en est un sous-produit).

Ayant partagĂ© rĂ©cemment ces règles avec un camarade tout aussi ambitieux que moi, j’estime pertinent de les partager aujourd’hui.

Voici les 7 règles que suivent les « self made men » / « millionnaires » / « successful people« .

1. Bonté universelle

Le seul fait d’avoir Ă©tĂ© invitĂ© de la sorte en dit long. Cela peut surprendre, mais la meilleure façon de recevoir, c’est de donner. Mes mentors floridiens sont des gens d’une gentillesse et d’une sincĂ©ritĂ© surprenante.

ĂŠtre quelqu’un d’intègre, de juste et de gĂ©nĂ©reux (avec parcimonie et bon sens bien entendu) au quotidien, c’est s’assurer d’ĂŞtre perçu comme quelqu’un de bien, avec qui les gens seront redevables et avenants. MathĂ©matiquement, vous crĂ©ez de la valeur pour autrui, ce qui va donc, par mĂ©canisme Ă©conomique, vous octroyer de la valeur (en plus de la rĂ©ciprocitĂ©). Enfin, l’altruisme est liĂ© au bien-ĂŞtre selon plusieurs Ă©tudes psychologiques.

Une façon simple de concevoir le monde des affaires, c’est que les gens vous paieront si vous ajoutez de la valeur Ă  leur vie. Cette vision est très populaire dans le monde anglo-saxon. Que ce soit par un produit ou un service qui rĂ©ponde Ă  leur besoin (et attention Ă  la dĂ©finition de besoin). Ă€ partir de ce postulat, on peut par exemple le succès soi-disant inexplicable de l’iPhone : il est achetĂ© pour son utilitĂ©, l’image qu’il renvoie et toutes les valeurs « marketing » vĂ©hiculĂ©es que l’individu va ressentir comme rĂ©pondant Ă  son besoin. L’iPhone apporte de la valeur Ă  la vie sociale de son acquĂ©reur, pour son image et pour ses fonctionnalitĂ©s.

2. Zéro fainéantise

S’il y a quelque chose Ă  faire, alors il faut le faire. Dès que possible. Rien n’a trainĂ© lors de mon sĂ©jour en Floride. On s’organise, on planifie, on ne repousse pas. Ce qui peut ĂŞtre fait aujourd’hui n’est pas remis Ă  demain. On Ă©vite ainsi l’effet « accordĂ©on » qui s’observe Ă  chaque ralentissement d’une seule voiture sur une autoroute qui va causer un bouchon pendant des dizaines de minutes. Le gain de temps (et d’Ă©nergie) est considĂ©rable.

Ă€ ce sujet je recommande le formidable article d’Abel Kendrick sur la vitesse d’implĂ©mentation, un terme empruntĂ© Ă  l’Ă©crivain Richard Wilson dans son livre Ă©ponyme (« Speed of Implementation »). L’article comporte tout ce dont vous avez besoin de savoir, pas besoin de vous aventurer dans le livre de Wilson.

3. Chaque jour en mouvement

Fortement relative Ă  la règle prĂ©cĂ©dente, cela signifie qu’aucune journĂ©e n’est perdue. Le week-end, hors de question de rester Ă  rien faire. En termes concrets, applicables au quotidien, cela peut simplement vouloir dire faire du sport ou ouvrir un bouquin le dimanche, aller marcher dans les environs. Simplement ne pas rester Ă  glander devant la tĂ©lĂ©. Chaque jour, avancer un petit peu dans vos projets, faire quelque chose que vous savez utile ou sain, quelque chose de nouveau. Sortir rencontrer des gens, aller au musĂ©e, etc, ne restez simplement pas Ă  rien faire.

Avec le recul toutefois, j’ajouterai que, dans certains cas rares, il peut ĂŞtre nĂ©cessaire de rester inerte un jour ou deux. Mais pas sans raison ! Pour se reposer physiquement et mentalement, se ressourcer. Une fois de temps en temps, vous pouvez (et devez) vous permettre de grignoter une tablette de chocolat devant une sĂ©rie. Cela vous aide Ă  dĂ©connecter pour ensuite repartir du bon pied. Mais gardez Ă  l’esprit que l’inertie, c’est la mort. Cesser d’apprendre, de dĂ©couvrir, c’est dĂ©jĂ  ne plus exister.

WP_20150127_18_11_57_Pro
Saint-Augustine, « la plus vieille ville des États-Unis »

4. Simplicité de la parole

VoilĂ  une leçon que j’ai bien du mal Ă  appliquer ! Et pourtant qu’est-ce qu’elle est importante !

Lorsqu’on pense Ă  des gens intelligents et efficaces, on peut se figure des experts, des techniciens, des ingĂ©nieurs, qui vont parler dans des termes très recherchĂ©s, par des phrases très longues et complexes. En fait, Ă  part satisfaire son ego, c’est inutile et mĂŞme contreproductif. En effet si vous maĂ®trisez un sujet parfaitement, vous ĂŞtes capable de l’expliquer simplement Ă  n’importe qui.

Dans votre communication au jour le jour, vous souhaitez ĂŞtre efficace et efficient. Transmettre l’information vite et bien. Mon mentor est particulièrement douĂ© pour cela, il fait passer n’importe quelle idĂ©e en quelques mots seulement. Faites plus court, faites plus simple. Rendez votre parole accessible Ă  tous, surtout si vous avez un rĂ´le d’enseignement.

5. Simplicité des faits

L’argent ne fait pas le bonheur. Surprenant : ces gens qui vivent hors du besoin, s’occupent de manières accessibles Ă  tous ! Une partie de pĂŞche, un barbecue, une sĂ©ance de natation, une bière entre amis, un film en famille.

Pour les anglophones je recommande très, très vivement le tĂ©moignage de l’entrepreneur danois David Heinemeier-Hansson, « The Day I Became A Millionnaire« .
Dans cet article, David, nĂ© dans une famille très modeste et devenu l’un des plus grands informaticiens de notre Ă©poque, dĂ©crit ce qu’il s’est produit le jour oĂą son compte en banque Ă  affichĂ© 7 chiffres : absolument rien. Rien n’a changĂ©. Il aimait toujours les mĂŞmes choses, n’a pas dĂ©couvert quoi que ce soit d’extraordinaire que la richesse pouvait lui offrir.
Selon lui, les meilleures choses dans la vie sont gratuites, et celles qui viennent juste après les meilleures sont extrêmement chères.
Je nuancerai simplement en disant que l’une des meilleures choses de la vie (peut-ĂŞtre bien LA meilleure) est de voyager, et que ce n’est pas gratuit (Ă  moins d’ĂŞtre rusĂ©).

6. Méticulosité & curiosité

J’ai Ă©tĂ© impressionnĂ© par la souplesse d’esprit de ces gens, capables de s’intĂ©resser Ă  tout. Vraiment tout. Des Ă©ponges Ă  connaissances et Ă  savoir-faire. Plus on en sait, plus on comprend le monde, plus on fait des parallèles entre les choses et plus on s’Ă©lève philosophiquement (et spirituellement, mais je prĂ©fère faire attention en utilisant ce mot).

Nous voici dans une ferme qui cultive des fraises, et les cultivateurs sont assaillis de questions sur la culture des fraises, leur business, leur parcours, etc.
Que ce soit un livre, une activitĂ©, un dialogue avec une personne, les opportunitĂ©s d’apprendre sont infinies dans ce monde. Il faut en profiter quotidiennement.

Une anecdote bĂŞte et rigolote, c’est dans un hĂ´tel Ă  Moscou, je trouve un nĂ©cessaire Ă  couture dans ma table de chevet. AmusĂ© et ayant un peu de temps libre, n’ayant jamais rien cousu de ma vie, j’ai cousu un bouton sur la languette de ma trousse de premiers secours. Totalement inutile ? Dans la forme oui, dans le fond cela a stimulĂ© ma curiositĂ© et diverses parties motrices de mon cerveau (laissez-moi encore quelques annĂ©es d’Ă©tudes pour vous en faire le dĂ©tail anatomique et neurologique).
Après cela, libre Ă  moi de me renseigner sur les bonnes pratiques de la couture. Je peux alors en discuter avec ma grand-mère ou mes tantes qui cousent rĂ©gulièrement. Je suis alors au point de dĂ©part d’une connaissance toute simple, et Dieu oĂą elle peut me porter ! (Note a posteriori : j’ai recousu plusieurs vĂŞtements que j’affectionnais depuis la rĂ©daction de cet article, ce qui valide donc ceci).
Cet Ă©tat d’esprit, ce regard d’enfant, est indispensable pour vivre heureux et Ă©voluer.

Un exercice que j’affectionne aujourd’hui, quand j’attends un train ou un avion, c’est d’aller dans une bureau de tabac et chercher des magazines qui traitent de sujets auxquels je ne me suis jamais intĂ©ressĂ©s, sur lesquels je ne sais rien du tout. Je lis les titres, je les feuillète, j’essaie d’apprendre quelque chose.

WP_20150214_14_36_36_Pro

7. Savoir Ă©chouer

On peut lire Ă©normĂ©ment de choses sur l’Ă©chec. Certains disent que c’est une victoire en soi, car on apprend davantage de ses dĂ©faites que de ses rĂ©ussites. Certains en font toute une religion et prĂ©tendent qu’il faut Ă©chouer le plus possible, le plus vite possible, pour apprendre vite et bien (et j’estime que c’est faux car cet Ă©tat d’esprit peut pousser Ă  la nĂ©gligence).

Tout simplement, nos self-made-men ont tous Ă©chouĂ©s Ă  une ou plusieurs pĂ©riodes de leurs vies. Tous sans exceptions, et parfois de sacrĂ©s revers (imaginez un peu la tronche d’une sociĂ©tĂ© immobilière amĂ©ricaine après la crise des subprimes !). Mais ils l’ont acceptĂ©, ils en ont appris. Ils ont fait de leur mieux.

Alors savoir Ă©chouer, c’est savoir apprendre de ses Ă©checs. Pas forcĂ©ment aussi simple qu’il n’y paraĂ®t, mais la seule conscientisation de ce phĂ©nomène est dĂ©jĂ  un grand pas. Pourquoi ai-je Ă©chouĂ©, qu’aurais-je pu faire diffĂ©remment ? Qu’est-ce que cela m’enseigne ?

Lorsque mon auto-entreprise en 2014 se rĂ©vèle ĂŞtre bien plus dure Ă  lancer (et surtout bien moins captivante) que prĂ©vu, je me retrouve les mains dans les poches, au pied du mur. J’avais bien prĂ©parĂ© mon business model, mon plan, j’Ă©tais prĂŞt Ă  bosser. Mais ça n’a pas fonctionnĂ©. Il m’a fallu comprendre pourquoi.
La principale raison de cet Ă©chec, c’est que j’ai voulu lancer une entreprise Ă  tout prix, sans vision, sans me dire une seule minute que j’aurais Ă  travailler Ă©normĂ©ment dans une activitĂ© que je n’ai jamais apprĂ©ciĂ© (la traduction). J’ai compris qu’il fallait s’Ă©panouir dans ce qu’on fait, et ne pas se projeter trop loin. Je me suis vu chef d’une grande entreprise trop vite. MĂ©taphoriquement, je me suis vu avoir construit une belle maison, sans m’ĂŞtre dit que je dĂ©testais poser des briques. Ma prochaine tentative sera meilleure.

Conclusion

Au final, ce qui ressort de cette analyse, c’est que ces gens qui peuvent fasciner ou sembler vivre dans un autre monde, sont comme vous et moi. Simplement, ils font preuve de bon sens et de simplicitĂ©. Leur patience et leur persĂ©vĂ©rance paie. Leur Ă©tat d’esprit est positif et orientĂ© vers leurs souhaits.
ĂŠtre riche, connaĂ®tre le succès, ce n’est pas une histoire de compte en banque. C’est avant tout un Ă©tat d’esprit. C’est garder la « grande image » en tĂŞte, aspirer Ă  son bonheur, son bien-ĂŞtre, et celui de ceux qui comptent pour nous.

Je profite de cet article pour remercier du fond de mon cĹ“ur mon mentor Alex. Il m’a enseignĂ© son Ă©tat d’esprit, m’a appris Ă©normĂ©ment sur la vie et les affaires. Plus je mĂ»ris et avance dans mes projets et plus je comprends et applique ses conseils. Je lui dois beaucoup.

Merci Ă©galement Ă  Stephen, Britt et toute l’Ă©quipe de The Hyppo. Mon expĂ©rience dans cette entreprise mĂ©riterait un article Ă  lui seul tellement Stephen est un fantastique meneur d’hommes et tellement cette Ă©quipe est formidable. Si vous passez par le centre de la Floride, un dĂ©tour par un Hyppo CafĂ© est impĂ©ratif, et un sorbet avocat-coco Ă©galement.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s